SOIRÉE PLEINE LUNE : tous les 28 jours

Rejoignez la page FB pour être tenu au courant des détails de nos prochaine soirées

https://www.facebook.com/Soir%C3%A9e-Pleine-Lune-Yoga-M%C3%A9ditation-et-marche-379424975725771/" target=?

Voici nos dates des prochaines rencontres pour cette fin 2018 :

-mardi 24 sept.

-mercredi 24 oct.

-vendredi 23 novembre

-samedi 22 décembre


 

 YIN YOGA , MÉDITATION sonore , avec les bols chantants, tibétains et autres instruments suivis d'une
MARCHE MÉDITATIVE , à la lampe frontale +++
Notre pratique spéciale en cette belle soirée en sera une lunaire: simple, accessible, rafraîchissante et apaisante !

Au programme:


Salut à la Lune et exercices de yin yoga simples
-mantras ,voix , chant !
Méditation sonore et vibratoire (bols tibétains et autres instruments)-

-Marche méditative de Pleine conscience en silence
avec lampe frontale, ponctuée d'exercices énergétiques
-Cercle d'intention, mantra OM , etc.


20$
Apportez tapis, couverture, souliers et vêtements adéquats , lampe frontale , bouteille d'eau


Pourquoi ces soirées sont puissantes?   Article de Bertand Duhaime


LA PLEINE LUNE SE SITUE AU CENTRE D’UN CYCLE DE MONTÉE ET DE DESCENTE DES ÉNERGIES, CE QUI REND CE JOUR TRÈS PROPICE À UNE RELATION DIRECTE, EN PLEINE PUISSANCE, AVEC LES INSTANCES INVISIBLES


La Lune réfère à l’Énergie féminine et à la Vierge farouche, solitaire, silencieuse, stérile, amie de la Nature, mais réfractaire à toute conquête masculine, ou à l’Épouse fidèle, compagne accueillante, serviable, réceptive, bienveillante, toute dévouée à la dynamique du foyer et au monde domestique, comme la Mère sensible, attentive, douce, tendre, fertile, gestatrice, accoucheuse, nourricière, soigneuse qui accompagne tout au long de la croissance et dans toutes les transitions majeures de la vie.  Mais cette Femme n’est pas une vénusienne, c’est-à-dire sensuelle et séductrice, elle est la Femme idéale.  C’est la Diane de l’Antiquité qui sait se montrer secourable ou sauvage selon les besoins évolutifs du moment.  Reliée aux cycles éternellement répétés de la Nature, elle régit les mouvements de l’eau et des fluides; la croissance des plantes; le développement des réflexes et des instincts des animaux.  Elle régit encore les méandres du psychisme humain (avec ses éléments sensoriels et sensibles, ses pulsions, ses sentiments, ses émotions, son affectivité, sa senmagie-course-lunetimentalité, son esprit romanesque, son instabilité, sa versatilité et son imprévisibilité, ses sautes d’humeur, ses caprices et ses fantaisies).  Comme elle régit tous les aspects futiles, éphémères, transitoires, aléatoires, changeants de la vie.


La Lune symbolise la Mère des formes qui réfléchit l’Idée du Père et l’organise : elle manifeste la forme, la revêt de ses apparences illusoires, lui assigne un espace clos ou un territoire temporairement limité de créativité, développe son individualité, renforce sa personnalité, amenant l’individu à expérimenter dans la méthode, la discipline, la patience, la constance et la persévérance, à travers les cycles éternels, répétitifs, mais renouvelés.  Elle l’attache à la matière, lui inculque le goût d’être et de connaître, la volonté de s’exprimer, d’analyser objectivement les situations, tout en s’adonnant aux incursions psychiques, aux errances diurnes de l’imagination et aux incursions oniriques, s’accordant des moments de divertissement ou d’introspection dans la solitude, la tranquillité, la sérénité et le silence, après s’être intensément plongé dans des bains de foule.


Le satellite de la Terre aide à établir l’ordre, l’équilibre et l’harmonie par le conflit, la duplicité, la tromperie, les jeux futiles, le bavardage oiseux, la désillusion, le doute, à travers la divulgation des secrets, la dissémination des rumeurs, des médisances et des calomnies, la pose d’embûches et de pièges sournois, le recours au vampirisme psychique, les perturbations climatiques et relationnelles.  Si on n’y prend garde, elle induit dans les méandres obscurs de l’inconscient, les ombres de la confusion, les fluctuations de l’affectivité, de la sentimentalité, de l’esprit romanesque, des émotions, les débordements de l’ego et de la sensualité, les comportements irrationnels, tels les caprices, les fantaisies, l’hystérie et l’excentricité, les petits jeux sans importance et les préoccupations futiles et vaines.


Reliée aux activités collectives de la société, au gouvernement de l’État et à la défense publique, elle préside à l’établissement des normes;   elle régit la transmission de l’actualité, le besoin de se divertir, de suivre la mode et de se parer d’artifices.  Elle gouverne les désirs de gloire, de renommée, de célébrité, comme le vedettariat et à l’idolâtrie artistique; elle supporte les recettes de grand-mère, les légendes urbaines et les menées indiscrètes.  Comme elle favorise la mentalité grégaire, les mouvements de foule et le tapage de nuit ou le vandalisme nocturne.  Elle stimule tous les jeux d’ombre et de lumière et les bris d’intimité.


Mais, quand elle est bien aspectée, Vase de réceptivité docile et soumis, Servante loyale et obéissante du Seigneur, elle réfléchit efficacement les énergies du Père, développe le désir de purification, stimule l’aspiration, inculque une puissante poussée spirituelle, se révélant comme le facteur originel de la Résurrection et le véhicule primordial de l’Ascension.


Les phases de la lune

Nul n’a besoin d’observer longtemps la lune traverser le ciel pour constater que, de jour en jour, son apparence varie.  Elle apparaît tantôt pleine, puis sa surface éclairée diminue jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’une petite portion ou qu’on ne l’aperçoive plus du tout.  Ces différentes configurations se rphases-de-la-luneépètent sans fin depuis la nuit des temps.  Les savants ont convenu d’appeler «cycle lunaire» cette succession régulière dans son apparence.  Quant aux différentes formes qu’en perçoit le Terrien, ils ont décidé de les appeler «phases lunaires».


La variation de l’apparence de la lune au cours d’un mois s’explique simplement.  La lune n’est pas une source de lumière, elle ne fait que réfléchir la lumière du soleil sur la terre. La lune réfléchit, en fait, qu’une petite partie de la lumière du soleil qui l’atteint, soit environ sept pourcent.  Dans le tableau qui accompagne, on peut observer les principales formes de la lune et leur nom.  Les différentes formes de la lune telles que perçues par un observateur sur terre se nomment les phases de la lune. Voici les principales formes que prend la lune, dans son cycle approximatif de 29,5 jours, qui  correspond à une rotation complète de celle-ci autour de la terre, avec leur nom.


Depuis des temps immémoriaux, ce cycle a fournit aux différentes populations de la terre une graduation naturelle de temps.  Dans l’Antiquité, on en a tiré la notion de mois lunaire.  Bien que la conception moderne du mois, qui compte généralement 30 ou 31 jours, soit solaire, de nombreuses cultures et religions préfèrent encore utiliser le calendrier lunaire.  En passant, le mois lunaire a été abandonné du fait que les cycles lunaires ne correspondent pas exactement au nombre de jours d’une année terrestre.


Les deux schémas d’accompagnement montrent la lune à différentes positions sur son orbite autour de la terre.  On peut remarquer que la face éclairée de la lune est toujours du même côté car la lumière solaire vient toujours du même côté.  Au long de son cycle de transformation apparente, selon sa position par rapport au soleil, ophases-de-la-lune.jpgn peut ainsi parler de: la Nouvelle Lune ou Lune noire;  du premier croissant;  du premier quartier; de la llune gibbeuse croissante;  de la Pleine Lune ou Lune lumineuse;  de la lune gibbeuse décroissante;  du dernier quartier;  et du dernier croissant.


La première phase lunaire est la «nouvelle lune». Cette phase est caractérisée par une absence de lune dans le ciel. En ce moment, la lune se situe entre le soleil et la terre. Aucune lumière réfléchie par la lune ne peut parvenir à un observateur terrestre car sa face obscure lui fait face.  Puis, peu à peu, la face éclairée de la lune lui devient visible à mesure de son déplacement autour de la terre.  Le soir, un mince croissant est d’abord perçu, mais, de jour en jour, celui-ci s’épaissit et reste visible de plus en plus tard.


Après la pleine lune, la partie visible diminue.  Le «dernier quartier» est visible durant la deuxième partie de la nuit alors que le dernier croissant est visible seulement tôt le matin.  Pour un observateur situé sur la lune, la terre prendrait également différents aspects, puisqu’elle réfléchit la lumière du soleil et de la lune.  Les configurations de la terre et de la lune sont toujours complémentaires : ainsi, lors de la nouvelle lune, il y aurait une pleine terre tandis que, lors d’un croissant de lune, il y aurait une terre gibbeuse.


Le symbolisme des phases de la lune

Parce que la Lune exprime l’Énergie femelle de la Mère divine, elle sert à développer ses qualités féminines, à équilibrer sa polarité magnétique ou réceptive, à s’accorder aux rythmes de la Nature et à s’ajuster aux cycles de la naissance, de la croissance, de la transition et de la résurrection ou du renouveau.  On parvient encore à explorer les méandres de son inconscient et à mettre de la lumière dans ses replis psychiques.  La lunaison représente le mois synodique, d’environ vingt neuf jours et demi, qui se calcule d’une Nouvelle Lune ou Lune Noire à une autre Nouvelle Lune.


À l’intérieur de ce cycle mensuel, la «Nouvelle Lune» représente un début, un renouveau, un nouveau départ, le commencement d’une gestation intérieure, un isolement dans la noirceur, une nouvelle infusion de potentialités.  Avec le Soleil, qu’elle accompagne en conjonction, occupant le même degré du zodiaque que lui, elle symbolise l’Unité du Père divin et de la Mère céleste qui ont tout manifesté dans le Cosmos.  Quant au Premier Quartier, qui se produit après les septièmphases-de-la-lune2e et huitième jours de la Nouvelle Lune, maquant le mi-chemin entre celle-ci et la Pleine Lune, il symbolise la croissance, un développement, l’étude ou l’apprentissage, la jeunesse, l’aube, le printemps de la vie, ce qui est démontré par l’apparition et l’amplification du croissant de Lune.  À ce point de son cycle, la Lune se situe au carré du Soleil, soit à 90 degrés, permettant l’établissement du premier principe majeur de la croissance à tous égards.                      


À l’arrivée de la Pleine Lune, environ quatorze ou quinze jours après la Nouvelle Lune, la dynamique de la maturation s’affirme, symbolisant l’âge mûr de l’indépendance et de l’autonomie, le zénith de l’accomplissement ou du succès, l’été de la vie, la révélation des secrets et l’illumination.  Peu importe les graines qu’on a semées à la Nouvelle Lune, elles ne peuvent que porter fruit à cette phase.  La Lune se trouve désormais à l’opposé du Soleil, soit à 180 degrés d’écart, ce qui engendre une tension entre l’ancien et le nouveau, la passivité et l’activité, le magnétisme et l’électricité, l’homme et la femme, le sentiment et la raison, le cœur et la tête, la jeunesse et la vieillesse, le repli et l’affirmation.  C’est le temps de mesurer le degré d’équilibre entre ses polarités masculine et féminine, d’assumer sa puissance, d’exercer sa responsabilité, d’affirmer ses choix personnels et d’étudier la dynamique de ses relations, ce qu’on peut faire avec acuité et perspicacité.


Enfin, la Lune atteint son «Dernier Quartier», ce qui se produit entre les vingt-et-unième ou vingt-deuxième jours, marquant la phase du déclin lunaire, qui intervient entre la Pleine Lune et la Nouvelle Lune, avant que celle-ci recommence un nouveau cycle complet de vingt-neuf jours et demi.  Cette phase constitue la période de la dissémination ou de la dispersion des graines, comme la cosse qui éclate, graines obtenues au moment de la fructification, à la Pleine Lune, période aussi d’outillage et d’équipement pour le service.  La Lune évanescente se situe alors en carré, par rapport au Soleil, mettant en œuvre les défis de la responsabilité, par la démonstration des récoltes qu’on a obtenues de ses semences.  La Causalité éthique, la Providence ou la Justice immanente exerce ses droits, imposant un retour sur son passé, pour mieux éclairer son présent et mieux orienter son avenir.  À ce moment, il devient impérieux de réviser son idéal pour le conformer à son But ultime et l’harmoniser avec le Plan universel, sans quoi, dans le nouveau cycle qui s’annonce, les difficultés s’amplifieront.


Pour mieux profiter des effets d’un Cycle lunaire, il convient de connaître le Signe astrologique ou zodiacal dans lequel il se déroule, car celui-ci fournit la clé de la transformation majeure qui y prend libre cours.  Par exemple, une Pleine Lune en Lion, le Signe qui régit l’expression de soi et la volonté créatrice, ne produira pas les mêmes effets qu’une Pleine Lune en Cancer, le Signe de l’insertion sociale, de la mentalité grégaire, de la sécurité intérieure et de la nutrition intime.  La position du Soleil, par rapport à la Lune, importe aussi grandement.  Ainsi, en Lion, la Lune se retrouve en Verseau, le Signe diamétralement opposé, ce qui suggère qu’il faille équilibrer la conscience des faits collectifs avec celle des besoins d’expression personnelle.


L’avènement d’une «Éclipse» renforce les influences des incidences en cours d’expression, du fait que le Soleil et la Lune se retrouvent alors dans un alignement direct et précis avec la Terre.  Une éclipse de Lune ne peut se produire qu’au moment d’une Nouvelle Lune, tandis qu’une éclipse du Soleil ne peut arriver qu’à l’occasion d’une Pleine Lune.  À ce moment, il importe de repérer et d’intégrer les éléments réprimés de son être ou de sa personnalité, car les répercussions d’une telle conjonction peuvent se poursuivre sur plusieurs semaines ou plusieurs mois.  Les énergies d’une éclipse favorisent également l’ouverture des portails inter-dimensionnels.


Enfin, la «Super-Lune» se produit au moment où le satellite de la Terre, en Pleine Lune ou en Nouvelle Lune, se retrouve à une distance de 90 pourcent ou plus de son plus grand rapprochement de celle-ci.   En outre, on parle de «Lune bleue», pour la deuxième Pleine Lune, lorsque deux pleines lunes se produisent dans un même mois.


Le phénomène de la pleine lune

La pleine lune, exprimée au calendrier par un cercle blanc, réfère à la phase dans laquelle cet astre se trouve à l’opposé du Soleil, par rapport à la Terre, présentant alors son hémisphère éclairé sous la forme d’un disque entier. Il s’agit de la phase lunaire durant laquelle cet astre apparaît, au Terrien, parfaitement rond et le plus brillante du fait le fait qu’ils le voient de leur planète presque toute la surface éclairée par le Soleil durant cette phase.  Pour faire preuve d’exactitude astrolpleine-lune-nuitogique, il faut préciser que, du fait que la lune se situe toujours un peu au-dessus ou au-dessus de l’écliptique, au moment de sa phase pleine, il  se trouve toujours une petite portion qui n’est pas éclairée.


Autrement dit, hormis en phase d’éclipse lunaire, du point de vue du Terrien, la lune n’est jamais totalement pleine, car, pour qu’il en soit ainsi, il lui faudrait d’intercaler directement entre le soleil et elle, sans pour autant lui faire de l’ombre.  Ainsi, paradoxalement, la lune n’est vraiment pleine que lors des éclipses de Lune.  Par ailleurs, du fait que la lune tourne en permanence sur son orbite, la phase proprement dite de pleine lune ne dure qu’un instant, et non toute la nuit.  C’est pour cela qu’il est recommandé au chercheur spirituel de déterminer avec précision ce moment pour se trouver en méditation au moment où il se produit.  C’est à ce moment qu’il reçoit les effluves lumineux les plus intenses et les plus directs.


En vérité, la lune entre en éclipse lorsque, en phase pleine, elle croise l’écliptique de la terre, donc qu’elle se trouve dans l’axe de révolution sa compagne.  On appelle ce croisement qui produit une éclipse lunaire un «nœud».  Alors, la lune prend une couleur entre le rouge et l’orangé.  Un tel phénomène s’aperçoit de toutes les parties de la terre qui font face à la lune, donnant l’impression que la lune passe par toutes les phases d’une lunaison en une seule soirée.


La  pleine lune est le contraire de la nouvelle lune, moment où le Terrien ne voit plus rien de celle-ci parce qu’elle présente à sa planète sa portion non éclairée par le soleil.  Elle entre en phase pleine lorsqu’elle se trouve à l’opposé du soleil par rapport à la terre.  C’est ce qui explique que la pleine lune ne peut s’observer que de nuit.  En effet, à ce moment, comme elle fait face au soleil, pendant la journée elle se trouve aux antipodes.  En conséquence, au moment de la pleine lune, cet astre se lève approximativement au coucher du soleil pour, à l’inverse, se coucher quand le soleil se lève.


Pour les mêmes raisons, en plein été, lorsque le soleil atteint son apogée, comme la lune, au moment de sa phase pleine, lui est diamétralement opposée, la nuit, elle suit une trajectoire basse dans le ciel, ce qui devient l’inverse en hiver.  En outre, comme, à ce moment, la lune s’oppose au soleil, on ne peut jamais l’apercevoir proche d’une planète intérieure (Mercure et Vénus) du système solaire, mais, en revanche, elle peut se rapprocher des planètes extérieures, voire les éclipser lorsqu’elle passe devant elles.


La pleine lune engendre une bulle dans le champ magnétique de la terre, d’où elle exacerbe les élans émotionnels et les pulsions inconscientes.  Lors de cette phase d’une lunaison, elle engendre une grande force subtile qui amplifie les bons et les mauvais aspects du comportement pour aider à prendre conscience de ce qu’il faut retenir et bannir de sa conscience.  Celui qui profite de ce moment pour s’investir de façon créative et constructive dans son évolution voit toute sa dynamique vitale graduellement tourner à son avantage.  Il faut savoir orienter ces influences naturellement puissantes et bénéfiques pour dissoudre ses ténèbres psychiques, transmuter sa sensibilité et illuminer son mental.


En effet, la pleine lune confère une puissante poussée spirituelle et elle augmente spontanément son potentiel de perception et d’intuition.  En elle-même, elle exprime ce qui doit croître, se rendre à terme, se finaliser, aboutir à son accomplissement, parvenir à sa conclusion, atteindre sa perfection dans chaque être.  Elle donne un gage de plénitude.  À son apogée de lumière, la lune renforce les grands rêves de l’Humanité;  elle accroît la puissance de l’imagination;  elle affine les sentiments profonds.  Elle active particulièrement le plan astral de la terre, qui contient les désirs, les phantasmes et les nostalgies des êtres humains.  C’est peut-être ce qui explique les légendes selon lesquelles les loups-garous en profitent pour se transformer ou que les vampires, faibles ou privés de sang frais, peuvent se régénérer.


Reliée à la Déesse Mère et à l’énergie magnétique, elle révèle la Mère des Origines et elle éclaire les mystères de la Vie.  Surtout, elle rayonne la Sagesse et l’Intelligence dans les espaces universels.  Pour ceux et celles qui apprécient les rituels, il convient de savoir que la Pleine Lune est le meilleur moment du mois pour méditer, pour recharger ses batteries et aussi pour remonter le taux vibratoire des objets rituels et des cristaux, etc.


Le rituel de la pleine lune

Depuis des âges, l’humanité s’est unie aux cycles lunaires, édifiant de grands monuments comme des pierres dressées, des cercles de pierres ou des temples pour se rassembler en groupes et s’aligner sur les lunaisons et les éclipses des astres.  Dans la cosmologie de ces sociétés, le Soleil et la Lune, particulièrement, revêtaient une grande importance et une signification notable, autant mondaines que magiques.  Les gens vivaient en accord avec le Cosmos parce qu’ils savaient que les astres et les étoiles étaient reliés entre eux dans la Grande Danse sacrée de l’Univers et que ce Mouvement universel pouvait leur apprendre quelque chose sur les origines de la vie sur la Terre.


medtation-pleine-lune-f Les femmes surtout, en raison de leur cycle de fertilité, savaient reproduire le cycle lunaire, voilant de plus grands cycles évolutifs, particulièrement sensibles aux effets de la nouvelle lune et de la pleine lune.  Par des moyens spirituels, elles parvenaient à ajuster leur cycle menstruel à celui de la Lune, à percevoir la montée de la sève dans les plantes, à capter l’élévation des énergies dans la terre et les eaux, à adapter leur créativité et leur réceptivité aux mouvements de la vie.  Voilà pourquoi on a choisi le mot «mois», qui vient du mot «moon», pour indiquer une période majeure de l’année, et qu’on a longtemps suivi un calendrier lunaire de treize mois.


Chaque mois, le moment de la pleine lune offre la meilleure occasion de méditer en groupe.  C’est un merveilleux moyen de coopérer avec le Plan Divin ou avec l’Intention pour le Monde des hommes.  À ce propos, on peut se demander quel rôle joue la pleine lune?  Comme chacun le sait, il existe des cycles de flux et de reflux d’énergie spirituelle avec lesquels les groupes, ainsi que les individus, peuvent coopérer consciemment.  Un des cycles majeurs d’énergie coïncide avec les phases de la lune, atteignant son maximum, sa marée haute, au moment de la pleine lune.  C’est le moment durant lequel la canalisation d’énergie à travers la méditation de groupe est particulièrement efficace.  Il faut dire que la lune elle-même n’a aucune influence sur le travail, mais son orbe pleinement illuminé indique un alignement libre et sans obstacle entre la terre et le soleil, le Centre solaire, la Source d’énergie de toute vie sur la planète.  Durant ces moments, chacun peut faire une réelle approche de Dieu, le Créateur, le centre de Vie et d’Intelligence.  La réalisation de ce fait participe partie de la compréhension intuitive ancienne de l’humanité, ce qui est confirmé par l’observation de fêtes religieuses fixées par référence à la lune ou à une constellation zodiacale.  La loi ésotérique des cycles (une loi justement symbolisée par la lune montante jusqu’à sa pleine illumination, ce qui est suivi de son déclin) affirme que les êtres intelligents peuvent collaborer consciemment avec le flux d’énergies spirituelles, notamment avec celle qui proviennent de la réflexion de la lune.


La pleine lune représente un moment unique d’accès aux énergies spirituelles, un moment qui facilite l’établissement de relations plus étroites entre l’humanité, Dieu et la Hiérarchie spirituelle.  C’est alors que les entités individuelles et les groupes reçoivent leurs nouveaux codes subtils et les messages les plus pertinents pour assurer une évolution à leur rythme au cours du mois qui suit.  C’est la raison pour laquelle, en principe, lors de cette méditation, le méditant ne fait rien d’autre que de faire le vide mental pour s’unir à son Centre intime et s’immerger dans le silence afin de s’ouvrir à recevoir ce qui lui est naturellement et gracieusement offert, pour ensuite rendre grâce pour les bénédictions et les bienfaits qu’il vient de recevoir et de rayonner l’amour vers la terre et toutes les créatures, avant de mettre un terme à son rituel.  C’est le seul moment où il lui est vraiment demandé de ne rien demander d’autre que ce qui lui revient spontanément d’après son progrès évolutif du mois précédent.


De nos jours, plusieurs chercheurs spirituels se regroupent pour méditer au moment de la nouvelle lune et de la pleine lune, s’offrant comme des serviteurs détachés pour aider à guérir la terre, transmettre plus de Lumière aux habitants de la planète et aux événements du globe, pour favoriser de meilleurs choix évolutifs collectifs et engendrer de nouvelles occasions favorables de guérison dans la conscience globale.  Chacun peut engendrer de grands bénéfices planétaires en profitant de ces moments privilégiés pour nettoyer, purifier, reconstruire et réorienter les archétypes ou les modèles premiers collectifs des groupes de guérisseurs, des réseaux de prière, des ajusteurs de l’énergie, des catalyseurs des formes-pensées créatrices, comme celles de l’amour et de la paix, afin d’ouvrir des canaux et des portails de Lumière pour l’amener à circuler dans les plans subtils qui supportent la manifestation physique, le monde de la Forme.


Rappelons que le plan physique de la conscience, perçu par les cinq sens, ne représente qu’un infime pourcentage de la réalité multidimensionnelle disponible à l’Humanité et qui influe sur elle.  Aussi, doit-on éviter de se perdre dans les illusions des sens physiques en oubliant qui on est vraiment, des Divinités déguisées, malgré que cette conception ne soit pas partagée par une large part de la société.  La participation à des méditations de groupe, en s’unissant à tous les autres méditants de la terre, à l’occasion des grandes conjonctions planétaires –notamment au Wesak, au solstice d’été ou d’hiver, à l’équinoxe du printemps et d’automne, au moment d’une éclipse ou à la Pleine Lune– constitue un excellent moyen de se garder branché sur les événements universels et de manifester qu’on sait établir ses priorités.  On témoigne ainsi qu’on reconnaît que le But ultime passe avant ses autres occupations, si importantes qu’on les croie, que le Destin planétaire tient à cœur et que, tout aussi conscient que les pionniers de la Terre, on accepte d’entrer dans la Danse universelle.


Si vous ne participez pas déjà à des méditations de groupe, à l’occasion des grands alignements planétaires, il n’est pas trop tard pour le faire.  Vous pouvez vous joindre à n’importe quel groupe valable, car de plus en plus d’entre eux organisent des célébrations collectives, pour les souligner, conscients qu’ils supportent le processus de l’Ascension collective, qui s’accentue.  Car il faut comprendre l’urgence de démonter qu’on souhaite en faire partie, mais en y participant de façon active et collective, tel que la Hiérarchie spirituelle le recommande. 

Vous n’aurez qu’à communiquer avec l’un de leurs membres pour vous informer des dates de ces rencontres, si l’idée vous titille de vérifier les bénédictions que vous pourriez en retirer, bien que vous devriez vous y présenter sans attente, donc sans désir de bénéfices personnels ou de récompenses individuelles.


Les méditations de groupe permettent d’accroître sa Lumière intérieure, d’engendrer son expansion vers l’extérieur, en acceptant de l’irradier à travers toutes les dimensions de la Réalité divine, et de se former une vision constructive, celle de servir comme un centre de force qui recueille l’énergie et la repartit à travers les différents aspects de la Manifestation universelle. 

 Avec le temps, si on s’investit dans la pureté d’intention et l’ammeditation1_2our inconditionnel, se consacrant à la réalisation du plus grand bien de tous, au-delà de ses préoccupations individuelles, souvent égoïstes, on parvient à dissoudre ses doutes, à propos de l’existence de Dieu, et à mieux se percevoir comme un co-créateur avec l’Esprit de vie.  Cependant, elles peuvent mener à la formation d’égrégores sains et malsains, selon le dénominateur des participants.  En plus, elles peuvent servir de moyen de parasitage des chercheurs spirituels, de la part des Forces sombres, si chacun n’y prend garde.